Demain, quelle agriculture ?

3

Comment nourrir 10 milliards d’humains tout en préservant les écosystèmes ? De quelles agricultures avons-nous besoin, demain ? La permaculture et l’agroécologie sont-elles les solutions ? Autant de questions posées lors de la Conférence Kaizen enregistrée à Paris le 14 février 2016.

Conférence animée par Françoise Vernet, directrice de Kaizen, avec Nicolas Brahic, éleveur de cochons dans le Larzac, Xavier Mathias, agriculteur, membre du projet Fermes d’avenir, Jean-Louis Colas, vice-président du Réseau national des espaces-test agricoles.

 

Extraits :

« Je suis venu vers la bio pour produire, non pas de la matière brute, mais de l’alimentation et pour tisser des liens avec le consommateur. » (Jean-Louis Colas)

« Notre métier, c’est produire de l’énergie sous forme de calories. Soit on le fait bien, et on produit plus d’énergie que l’on en consomme ; soit on le fait mal, et on consomme plus d’énergie que l’on en produit. […]

Notre acte d’achat dessine le monde que nous voulons voir émerger demain. Alors allons à fond [en faveur de l’agroécologie] ! » (Xavier Mathias)

« Notre idée principale [avec Claude et Lidia Bourguignon] est de travailler sur l’aggradation des sols – terme en opposition à la dégradation – afin de reprendre les mécanismes naturels de la forêt selon la méthode Jean Pain1.» (Nicolas Brahic)

 

1Jean Pain a été le premier à avoir l’idée d’utiliser la broussaille de la forêt en compost pour enrichir les sols.

 

Conférence Kaizen du 14 février 2016 : Demain, quelle agriculture ?

Conférence Kaizen du 14 février 2016 : Demain, quelle agriculture ?

 

© Kaizen, construire un autre monde… pas à pas

 


Lire aussi : Zéro déchet : le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas

Lire aussi : Biomimétisme : penser notre modèle de société avec la biosphère

3 commentaires

  1. soriat brigitte

    bonjour
    Je ne sais pas si ma demande est légitime dans cette rubrique “laisser un commentaire”. Il y a quelques mois, vous aviez fait un article sur un homme qui produisait ses graines et qui les vendait également. Il parlait des tomates qui gagnaient en résistance contre les maladies par leurs défenses naturelles et vendait ses graines. Je ne retrouve plus cet article. Pouvez vous m’aider ?
    Merci pour ce que vous faites, vos reportages éducatifs, pour l’apprentissage que nous en tirons à chaque lecture, pour le retour vers l’humanisme et le respect de la Terre, pour ce regard du mieux vivre, vivre mieux.
    Bien amicalement Brigitte

    Répondre
      • PICQ

        Bonjour,

        Actellement responsable de production agroalimentaire et de famille éleveur charolais et céréalier.
        Ils est grands temps d arrêter ce système de dégréssion et qualité alimentaire .ils y à des Solutions pour changer etproduire une qualité supérieur.Je travaille actuellement sur des solutions avec une optimisation des coûts tout en gardant la qualité des aliments en bio et supprimer ces produits toxique.
        Cdlt
        H PICQ

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA *