Jardin debout : la place de la République adopte l’agriculture urbaine

5

Place de la République, à Paris, un jardin partagé a vu le jour dimanche 41 mars – 10 avril dans le calendrier civil. Son nom : le Jardin debout. Les participants, tous plutôt jeunes, appellent à un retour à la terre au cœur des villes. Économique et accessible, le jardin s’ouvre aux citadins.

Jardin debout 1

Place de la République, un jardin partagé se construit dimanche 10 avril © Axelle Bibring-Pilliot

Dimanche 10 avril, le mouvement Nuit debout entame sa onzième journée sous un soleil presque estival place de la République. Des milliers de personnes discutent et se baladent au fil des stands avec un nouveau modèle de société en tête. Non loin de la bibliothèque partagée et de la commission musique, le jardin citoyen se construit sur un air engagé. « République endormie, citoyen éveillé, je veux vivre ma vie debout », chantent les occupants du stand de composition.

L’opération Jardin debout s’est montée en deux jours seulement. Les bacs ont été récupérés auprès d’un poissonnier et les participants ont apporté des graines, des fleurs et de la terre. « À la base, l’idée était de faire un seul événement de grande envergure et, finalement, nous allons organiser des petits événements pour sensibiliser sur des thèmes plus précis. Aujourd’hui, c’est le jardin partagé », explique Bastien.

Présent dès l’émergence du mouvement Nuit debout, ce jeune occupant a vu naître la commission climat-écologie le jeudi 7 avril. Composée d’une vingtaine de personnes au début, elle en compte désormais presque soixante. Les participants sont biologistes, climatologues, permaculteurs ou simples amateurs d’écologie. « Le but de la commission climat est de mettre en place des actions positives, de créer des choses. C’est bien de lutter, mais nous pouvons aussi montrer l’exemple en faisant des actions concrètes », se félicite Bastien. 

Fleurir une place trop grise

Le jardin citoyen fleurit au fil des heures. Que ce soient les enfants ou les adultes, chacun plante quelques fleurs ou bien des graines dans le jardin suspendu. Des bouteilles découpées, quelques poignées de terre, et un véritable mur végétal voit le jour. Peu après, un fleuriste passe sans prévenir et dépose des dizaines de roses. Le temps de les rassembler, un atelier de composition florale est déjà lancé.

Derrière les bacs de fleurs, Patrick et Madeline, spécialistes en agroécologie, installent un compost en lasagne: « Il s’agit d’assembler de fines couches de matière végétale pour créer de la terre, même sur du béton. Ces différentes couches laissent entrer l’air et commencent à fermenter. En 30 minutes, c’est fait et ça ne coûte rien. On peut y semer directement. » Ici, les enfants plantent des graines de courge, d’autres creusent dans la butte en lasagne et y plantent d’autres graines.

Des dizaines de personnes circulent dans ce jardin éphémère, bientôt noir de monde. En milieu d’après-midi, se frayer un chemin sur ces quelque trente mètres carrés devient compliqué. Peu après, les palettes servant à soutenir les plantes sont écartées pour laisser la place au rassemblement. Entourés de bacs de terre, les membres de la commission et les nouveaux venus s’installent.

 

Semer des projets concrets

16 h 30, la réunion commence. Des groupes se forment, tous ont des idées pour rendre le mouvement un peu plus vert : recycler les déchets, apporter davantage de fruits et légumes à la cantine du mouvement ou encore informer sur les basses technologies.

Trois jours après sa création, la commission climat-écologie pense aux prochaines actions. « Ce que l’on veut, c’est regrouper les idées et en faire des projets concrets. Avec l’exemple du jardin partagé, on voit que tout est faisable rapidement. Il s’agit d’être créatif, que chacun apporte quelque chose », assure David, le jeune homme qui anime aujourd’hui l’assemblée.

Dans les prochains jours, un manifeste doit émerger. L’occasion de rappeler que « la protection de l’environnement fait partie du changement de société que nous voulons tous », conclut Bastien. Lundi 11 avril au matin, le Jardin debout disparaissait sous les pelleteuses de la ville, mais l’idée d’avancer, ensemble, vers une agriculture urbaine a germé.

La dessinatrice Carole Chaix nous offre un de ses dessins sur l’opération Jardin debout © Carole Chaix

Derrière le jardin suspendu, la dessinatrice Carole Chaix illustre l’opération Jardin debout © Carole Chaix

Nous avons organisé un Kawaa-Kaizen sur les jardins urbains, télécharger le résumé

Pour plus d’informations sur l’agriculture urbaine, retrouvez dans notre boutique le livre Les incroyables comestibles

Jessica Robineau

© Kaizen, construire un autre monde… pas à pas


Lire aussi : Permaculture urbaine : l’incroyable jardin de Joseph Chauffrey

Lire aussi : Une oasis urbaine pour sans domicile fixe

5 commentaires

  1. Ziri

    Ci dessous: en primeur, un message que je vais donner aux élèves de mon école, vendredi prochain,avant de partir en vacances…..Vous êtes invités à nous rendre visite……kaizennement votre……Nadia Ziri ( enseignante )

    « Mettre du vert au milieu des pierres » *

    Dans le cadre du projet « COP 1 d’Métra » ,
    les enfants de la classe 10 vous invitent à la création d’un Jardin Citoyen :
    Nous inspirant des actions écologiques du mouvement « Nuit-Debout », et
    à l’instar de la création de leur Jardin Debout…..
    l’idée a « germé » de réaliser le notre dans la cour de l’école.

    Mais nous avons besoin de votre participation !

    Merci de vous lancer avec nous dans l’aventure verte et citoyenne.

    Dés la rentrée : vous pourrez vous inscrire sur le panneau 
    « On sème beaucoup »

    Besoin de divers matériels :
    des supports et des contenants : 2ou 3 palettes , des caisses en polystyrène (de poissons), des bacs à fleurs, des pots de fleurs et bien évidemment…….
    de la terre, du terreau mais SURTOUT……
    apportez des fleurs, des herbes aromatiques : des plantes, déjà fleuries, avec racines(!) car si nous voulons en profitez rapidement , nous n’avons pas le temps de semer des fleurs.
    Pour la décoration : du bois flotté, autres idées bienvenues…..

    Tous les enfants de Métra profiteront de cette création-verte, de ce jardin citoyen.

    Merci à vous pour votre participation……

    Les enfants de la classe 10 et Nadia vous remercient d’adhérer à leur projet.
    En juin, ils inviteront tous les enfants de l’école à assister à leur spectacle
    « COP 1 d’ Métra »
    Nadia et les enfants de la classe 10

    *citation de Fred Le Chevalier

    Répondre
  2. Martine Guenneau

    BRAVO ET MERCI DE NOUS TENIR INFORMÉS DES INITIATIVES EN COURS.

    J’habite Marseille et vais de ce pas me renseigner pour rejoindre un groupe de “Nuit debout”.

    Bien à vous tous.
    Martine Guenneau

    Répondre
  3. anti-républicain anti-hippie

    INADMISSIBLE !!!!

    La place de la République en travaux depuis des mois, rénovée avec l’argent des Français, tout çà pour finir en lambeaux : ces bobos arrachent les dalles pour planter leur paquerettes !!!!

    “ils appellent à un retour de la nature au coeur de la ville “: qu’est-ce que c’est que ces conneries ?????
    On leur a rien demandé, est-ce que les gens ont été consulté ??

    Au final, ils vont se faire virer par les CRS, et il faudra de nouveau réparer leur conneries, toujours avec nos impots !!!!!!!!!!!

    C’est quoi ces connards qui prétendent changer le monde en plantant trois fleurs ?! Voilà qui manque de sérieux, et de jugeote. Certains sont complètement à l’ouest.

    Répondre
    • Kaizen, média positif

      Bonjour,

      Comme vous le constatez nous ne censurons pas…

      Pour autant, votre commentaire laisse penser que vous n’étiez pas sur place, et que vous n’avez pas lu notre article car il présente des jardins suspendus, des bacs qui n’ont en rien endommagé la place.

      Pour changer le monde, la première chose est d’arrêter de juger hâtivement. Chacun son chemin.

      Répondre
      • anti-républicain anti-hippie

        Bah oui merci, c’est justement çà le problème, c’est la censure d’une autre partie de la populace qu’on appelle “de droite” voire “d’extrême-droite”.
        Non je n’y étais pas, car la situation est grave et on a compris que les manifestations, assis ou en marche ne servaient à rien.
        Pour preuve, la loi sur le “mariage pour tous” est passée malgré les millions de Français dans la rue, ou encore le référendum sur l’UE en 2005…
        Moi je trouve que çà ressemble à du néo-hippisme : vous savez les gens sont parfaitement au courant des “solutions alternatives”, mais on ne va pas raser les villes pour planter des pommiers et tout le monde ne va pas pouvoir quitter les villes pour la campagne.
        De même, si le projet c’est de planter sa tente et faire des barbecue dans toute la France, au final on aura un remake de Mad Max.

        La France mérite mieux que çà et un pays doit être structuré, remettons donc un peu de sérieux et un peu moins de folklorique ?

        Tout çà pour dire que si la lutte est politique, il ne suffit pas d’être idéaliste ou utopiste, il faut un minimum de bagage historique, pour ne pas tomber dans les pièges, et ne pas refaire les mêmes erreurs.
        Forcément çà prend un peu plus de temps, car il faut se coltiner autre chose que des mangas ou des bouquins sur les mandalas…

        Les jeunes qui sortent aujourd’hui de l’école n’ont aucune culture historique ou faiblarde, et en plus ont été formé au “relativisme révolutionnaire” Ché Guévara etc., çà manque de rationnel et de conceptuel.

        Demandez-vous pourquoi certains Résistants sont sans cesse censurés. Nous à droite, çà fait des années qu’on fait un gros boulot de ré-information, et au final on est taxé d’extrême-droite, on se prend des censures partout, et des amendes, alors qu’objectivement on est sur le même bâteau France qu’on essaie de sauver.

        Demandez-vous pourquoi Cyril Dion est invité chez Ruquier, et pas Soral. Peut-être parce qu’il y en a un qui dérange le Système (l’Empire), et pas l’autre, qui pourtant se prend pour un révolutionnaire.
        Pourtant Soral est de gauche, alors c’est que le Système (capitaliste) n’aime pas la vraie gauche ?
        C’est inquiétant çà non ? Parce que c’est NOUS que çà concerne : la France !
        Aussi, sachez que derrière Soral (je prends ce personnage parce que c’est peu un marqueur d’honnêteté intellectuelle) il y a beaucoup de monde derrière, qui souhaite autre chose qu’un sitting…

        Faites l’effort de vous tourner un peu sur “la droite”, vous verrez que nous sommes complémentaires : c’est justement çà la France, l’équilibre des antagonismes, et des points de vue différents.

        Or à “Nuit debout”, il y avait clairement une censure là aussi. Comme chez Ruquier, comme partout !

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA *