Pierre Rabhi nous invite à une convergence des consciences

Il n’y aura pas de changement de société sans changement personnel, nous rappelle Pierre Rabhi. Par des notions aussi simples que fondamentales – comme la nature, la méditation, la fraternité, le couple, ou encore l’engagement – le paysan et philosophe propose des clés pour une convergence des consciences.
Enregistrée sur le salon Primevère en mars 2017, cette conférence était animée par Pascal Greboval, rédacteur en chef de Kaizen.

« Le jardin me permet de sortir d’une vie frénétique, suractive, où il faut gagner du temps et ne jamais en perdre. Il me permet de retrouver le rythme des saisons et donc la vérité de la vie elle-même. Il m’enseigne la patience. »

« Pour moi, la méditation est notre mode de relation à la réalité. C’est ce qui nous révèle, nous renvoie à nous-mêmes. En ce moment, je suis en train de méditer, honoré par ces gens qui m’écoutent et avec qui j’essaie de partager le meilleur de ce que j’ai en moi. »

« Krishnamurti ne s’est pas laissé piéger par une philosophie, mais s’est rendu compte que chacun d’entre nous doit se connaître – et ne pas simplement se subordonner à l’enseignement de qui que ce soit. En le lisant, je me suis ainsi senti libéré de tout ce qui me maintenait sous la tutelle d’une doctrine, d’une philosophie. »

 


Aller plus loin avec l’ouvrage La convergence des consciences

Lire aussi : Pierre Rabhi : Prendre conscience de notre inconscience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA *