Économie & Gouvernance

À Grenoble, « la suppression des publicités
va profiter aux commerces de proximité »



Le contrat unissant le groupe spécialisé dans la publicité urbaine JCDecaux et la ville de Grenoble prenant fin le 31 décembre 2014, la capitale des Alpes a décidé de ne pas renouveler l’appel d’offres et de procéder au retrait des 326 panneaux publicitaires sur l’espace public. À la place, une cinquantaine d’arbres seront plantés et l’affichage libre, municipal et citoyen, sera promu.

15522-141686706-650x0-3
© bioaddict.fr

3 questions à… Lucille Lheureux, adjointe chargée des espaces publics de Grenoble.

Comment êtes-vous arrivés à la décision de supprimer la publicité dans l’espace public ?

C’était l’un de nos engagements de campagne. Nous souhaitions, d’une part, supprimer progressivement la publicité dans la ville et, d’autre part, multiplier l’affichage libre. Dans un premier temps, il s’agit de libérer l’espace public au profit d’un embellissement de la ville : à la place des panneaux, des arbres seront plantés ; les habitants pourront jouir de nouveaux points de vue sur les montagnes – actuellement, les panneaux bouchent cette vue – ; le commerce de proximité n’aura plus à pâtir de la concurrence des grands groupes qui, aujourd’hui, sont les seuls à pouvoir se payer cet affichage publicitaire. Dans un second temps, nous imaginons mettre en place un nouveau dispositif d’affichage : dans notre ville, nous voulons voir de l’information culturelle, citoyenne, associative…

Par ailleurs, la publicité traditionnelle par affichage n’étant plus assez rentable, l’affichage publicitaire est entrain de se réinventer, et cela passe notamment par la mise en place d’écrans publicitaires animés [qui sont énergivores]. Nous préférons arrêter tout contrat plutôt que de nous engager dans la dérive d’avoir toujours plus de publicité et notamment toujours plus d’écrans publicitaires numériques. Grenoble n’est pas Las Vegas.

Je pense que d’autres villes vont faire le même choix que Grenoble de sortir de cet affichage publicitaire plutôt que d’accepter la multiplication des écrans numériques.

Concrètement, comment va se passer cette fin de contrat avec l’entreprise JCDecaux ?

Le contrat qui lie la ville à la société JCDecaux pour l’affichage publicitaire sur l’espace public se termine le 31 décembre 2014 et ne va pas être reconduit. Les employés de JCDecaux vont venir démonter et récupérer le mobilier, soit 326 panneaux. En revanche, le mobilier publicitaire des arrêts de tram et des arrêts de bus va persister, car le contrat qui lie JCDecaux à l’agglomération pour ces espaces court jusqu’en 2019. De même, l’affichage dans l’espace privé – sur les façades, dans les jardins, etc. – va perdurer, du moins encore pour un temps. Pour le supprimer, il faut faire une modification ou une révision du règlement local de publicité. Au mois de décembre, le conseil municipal de Grenoble va lancer cette révision.

Que prévoyez-vous concernant les pertes de revenu pour la ville, les pertes d’emploi, et la perte de marché pour les commerçants ?

La redevance à laquelle Grenoble aurait pu s’attendre en installant ces écrans animés dans l’espace public s’élève à 150 000 euros maximum par an. Cette redevance dont on se prive est à relativiser au regard du budget municipal global. C’est un montant assez faible si on le compare aux 190 000 euros que nous avons économisés en huit mois, rien qu’en diminuant le train de vie de la mairie – en supprimant des voitures de fonction au profit de vélos, en diminuant les frais de réception, etc.

Il est vrai que cette décision peut entraîner une perte d’emploi du côté de JCDecaux. Cependant, il ne faut pas oublier que nous allons créer de l’emploi, car il y aura de nouveaux espaces mobiliers à entretenir.

Aujourd’hui, il n’y a essentiellement que les grands groupes qui peuvent se payer des espaces publicitaires dans les villes. La suppression de ces derniers va donc permettre aux commerces de ville de gagner en visibilité et de mettre en valeur leur commerce.

 

Propos recueillis par Pascal Greboval et Diane Routex

Aller plus loin

contenu abonnés

En lien avec le sujet

Le pouvoir d'agir ensemble, ici et maintenant

20,00 € Voir le produit
Close

À Grenoble, « la suppression des publicités
va profiter aux commerces de proximité »

Close

Rejoindre la conversation

Claire le 02/12/2014 à 15:31

Les panneaux publicitaires dans l'espace public sont encore un exemple de la manière anormale dont nos responsables favorisent constamment des intérêts privés (ceux des grands groupes qui affichent des publicités) au détriment de l'intérêt général (pollution, harcèlement visuel, enlaidissement des villes, encouragement à une consommation délétère et dénuée de sens, mise en danger de l'économie locale, etc, etc.) Quand on y réfléchit, cette pratique, comme beaucoup d'autres auxquelles nous ne faisons plus attention, est intolérable. C'est un bonheur qu'une mairie s'empare activement de la question, en allant pour une fois dans le bon sens; vivement que beaucoup de mairies s'emparent de beaucoup d'autres questions de ce type encore!

alain le 02/12/2014 à 14:10

A Grenoble nous sommes très fiers de cette initiative qui va dans la continuité de ce qui se fait déjà avec la nouvelle équipe d'élus: 50% de bio dans l'alimentation des cantines scolaires, réorientation des subventions, assises citoyennes, formation des citoyens au budget communal, plan de végétalisation urbaine, simplicité d'échanges avec les élus, ...

Christin le 02/12/2014 à 11:52

Génial

Comment je peux partager ça sur facebook ?

A moins que c ne soit pas souhaitable ?

Christophe le 01/12/2014 à 20:17

Initiative très intéressante à suivre de près. Il faudra aussi être vigilant quant à l'affichage sur l'espace privé. Grenoble ouvre-t-elle la voie à une vague de démontage?

cecile le 25/11/2014 à 19:31

Cela fait du bien de lire ce genre d'information... et je rêve de voir ma mairie prendre ce genre de décision...