Lilo, le moteur de recherche qui finance
des projets solidaires



Et si financer des projets solidaires était possible grâce à quelques clics ? C’est le pari du moteur de recherche Lilo. Plus de 60 000 internautes l’utilisent déjà pour transformer les « gouttes d’eau » récoltées à chaque recherche en dons destinés à des associations ou des entreprises solidaires.

lilo

 

Lancé en février 2015, Lilo fonctionne comme n’importe quel autre moteur de recherche. Sa différence ? Il reverse la moitié de l’argent généré par la publicité à des projets sociaux et environnementaux. Le montant total distribué aux associations ou aux entreprises soutenues par Lilo s’élève à 69 076 euros. Clément Le Bras, cofondateur, nous présente ce moteur de recherche solidaire.

Pourquoi avoir pensé à un moteur de recherche pour financer des projets sociaux et environnementaux ?

La création de Lilo, en 2015, part du constat qu’aujourd’hui, les problèmes sociaux et environnementaux sont connus de la majeure partie de la population, mais que, par manque de temps ou de solutions à apporter, les citoyens ne savent pas toujours comment agir. L’idée de Lilo est de proposer un moyen d’action concret aux internautes : prendre part au changement de manière simple et gratuite au quotidien en surfant sur la toile. Notre moteur de recherche amène à découvrir de nouvelles initiatives.
Chaque organisme que nous choisissons est porteur de projets ou déjà acteur d’un changement social, environnemental, sanitaire ou éducatif. Dans le domaine de la santé, nous avons les associations Cheer up ! et Médecins du monde, en agroécologie, Terre & humanisme et Agroécologie France Sénégal. Chaque semaine, de nouveaux projets s’ajoutent à la liste. Après une première validation par l’équipe de Lilo, qui s’assure que le projet répond bien aux exigences sociales et environnementales du site, l’action est mise en ligne et passe par une phase de sélection par les utilisateurs eux-mêmes. Enfin, le projet ayant reçu le plus de soutien de la part de la communauté est financé sur Lilo.

Comment financez-vous les projets ?

L’argent reversé aux associations et aux entreprises provient des liens commerciaux qui s’affichent lors des recherches sur Lilo. Peu d’internautes le savent, mais, trente euros par an et par utilisateur, c’est le montant que gagne un moteur de recherche grâce à ces liens. Le principe de Lilo est simple : une recherche est égale à une goutte d’eau, et mille gouttes d’eau valent environ deux euros. Pourquoi ce symbole ? Car chacun peut faire sa part, comme dans la légende du Colibri. Les internautes choisissent ensuite à quel projet ils vont donner leurs gouttes d’eau. Notre ambition est que toutes ces gouttes additionnées aient un réel effet environnemental et social. Plus il y aura d’utilisateurs et plus les initiatives soutenues seront financées. Une régie publicitaire se charge de trouver les entreprises qui souhaitent voir leur lien s’afficher, toujours en lien avec le mot-clef d’une recherche. Il n’y a pas automatiquement une publicité qui apparaît : tout dépend de la recherche effectuée.

Quelle différence existe-t-il entre Lilo et Google, par exemple ?

Notre démarche se veut transparente. D’ailleurs, nous communiquons la répartition du budget sur notre site : 50 % de nos revenus sont destinés aux dons pour les projets, 25 % au fonctionnement de Lilo, 20 % à la communication et 5 % à un programme de compensation carbone. Nous luttons également contre le ciblage publicitaire en protégeant les données. Aucun profil n’est créé, rien de personnel n’est stocké. Nous agissons pour protéger la vie privée de nos utilisateurs, en les désinscrivant des régies publicitaires et en anonymisant les adresses IP, par exemple. Ces actions sont automatiques dès l’installation de Lilo.
Contrairement à Google, nous ne développons pas nos propres algorithmes [les programmes informatiques qui permettent d’affiner la qualité des recherches], car cela demande énormément de moyens. Pour assurer la pertinence du résultat des recherches, nous faisons appel à un métamoteur, c’est-à-dire que l’on interroge à la fois Google, Yahoo et Bing lors d’une recherche. Nous utilisons de ce fait les serveurs de ces trois moteurs de recherche et, à chaque utilisation, l’énergie consommée entraîne de la pollution. C’est pourquoi une partie de nos revenus est reversée en compensation carbone à la Fondation GoodPlanet, organisme qui soutient financièrement des projets de réduction d’émissions de gaz à effet de serre partout dans le monde. Nos principes se rejoignent vers la construction d’un nouveau modèle de société.

Soutenez Kaizen en utilisant le moteur de recherche Lilo.

 

Propos recueillis par Jessica Robineau

© Kaizen, construire un autre monde… pas à pas

 


Lire aussi : Fairphone, vers un téléphone équitable, modulable, recyclable et… grand public ?

Lire aussi : Partage d’infos, de réseaux et d’apéros : Cojob rend votre recherche d’emploi heureuse

Boards

Close

Lilo, le moteur de recherche qui finance
des projets solidaires

Close

Rejoindre la conversation

Zargos L. le 19/02/2018 à 16:37

Petites précisions:

1) pour l'anecdote, Lilo est le nom d'un projet de logiciel libre assez ancien, LInux LOader.

2) Lilo n'est pas un moteur de recherche mais un meta-moteur. Ce qui veut dire que Lilo utilisent les autres moteurs de recherche dont bien sur Google. Sans Google pas de Lilo.

3) Comme Lilo utilise Google, Google reverse une partie de ses recettes publicitaires à Lilo

4) La traçabilité est faite par Google, puis si on utilise Google Chrome elle est complète car le navifgateur fournit toutes les informations à Google, quoique que puisse faire Lilo. De plus comme le code source du client Lilo n'est pas diffusé il n'y a pas moyen de garantir cette fameuse non traçabilité.

5) l'absence de traçabilité serait en contradiction avec le reversement par Google des recette publicitaire, donc j'ai un très fort doute quand à cette non traçabilité annoncée par Lilo, qui doit etre du même ordre d'idée que la distinction entre moteur de recherche et meta-moteur.

ABADIE le 14/09/2017 à 13:59

Est-il possible de proposer le rajout d'une association comme AVEC Les liens du coeur : associations du CHU de Bordeaux qui vise à améliorer le quotidien des enfants atteints de problèmes cardiaques et leurs familles avec notamment la création d'une maison des parents pour héberger les parents d'enfants ne vivant pas sur Bordeaux le temps de l'hospitalisation de leurs enfants... Merci de votre réponse

Charbonnier le 07/07/2016 à 18:36

Bonjour,

je souhaiterai savoir comment faire pour inscrire son projet dans la liste de ceux subventionné par ce moteur de recherches.