Écoles alternatives

La voix du Kaizen :
« J’ai confié le pouvoir aux élèves : la classe est devenue une démocratie »

© École dynamique

En septembre 2015, Ramïn Farhangi a créé l’École Dynamique à Paris, un cadre libéré des programmes, des emplois du temps et des classes d’âge. Entretien radiophonique avec Alexandre Sattler pour La voix du Kaizen.

Extraits

« À 26 ans, j’ai démissionné de mon poste de consultant pour les grandes entreprises – alors que je gagnais 8000 euros par mois – pour devenir professeur de mathématiques et de physique dans un Lycée. »

« Je me suis rendu compte à quel point les contraintes des programmes et de l’emploi du temps bloquaient la fluidité des apprentissages. Mais dans le système scolaire, il y a beaucoup moins d’obligation que l’on pense – la scolarisation est optionnelle, par exemple. Alors au diable le programme, ce qui compte, c’est la dynamique dans laquelle on est ! »

« J’ai confié le pouvoir aux élèves en leur demandant de quelle manière ils souhaitaient travailler. Cela a été une expérience formidable, c’était le passage d’une autocratie à une démocratie. La salle de classe est devenue une sorte de forum libre où chacun travaillait à son rythme, faisait des exercices spontanément, laissait place à l’entraide. »

Partie 1

Partie 2

 


Lire aussi : « Je suis plus utile instituteur que trader »

Aller plus loin

contenu abonnés
11/10/2017| Pédagogie

Célébrer ses premières lunes

contenu abonnés
31/08/2017| Pédagogie

François Taddei, le savoir éthique

contenu abonnés
contenu abonnés
13/07/2017| Éducation et Pédagogie

Dormir sans larmes : pour un sommeil apaisé des bébés

En lien avec le sujet

Lot hors-série N°5, N°7 et N°9 - Enfance et adolescence joyeuse

30,00 € Voir le produit

La voix du Kaizen :
« J’ai confié le pouvoir aux élèves : la classe est devenue une démocratie »

Close

Rejoindre la conversation