Neuf clefs pour changer le monde au quotidien

8

Comment agir, dès aujourd’hui, pour construire un autre monde ? Telle est la question que se sont posée les étudiants du BTS Gestion et Protection de la nature de Tremblay-en-France (93), suite à une projection du film Demain. Neuf grandes étapes se sont dégagées de cet exercice : agir positivement, gagner en autonomie, communiquer, prendre sa santé en main, réfléchir au transport, changer d’alimentation, réduire ses déchets, économiser l’énergie et l’eau, protéger la faune et la flore. Enthousiasmant !
changer le monde

 

 


Lire aussi : Pour être plus heureux, j’arrête de surconsommer !

Lire aussi : Le désencombrement, se débarrasser du superflu pour mieux vivre

Enregistrer

Enregistrer

8 commentaires

  1. Léa

    Une belle initiative !
    Pour infos… Tremblay-en-France se situe dans le 93 et non dans le 78 😉

    Répondre
    • Bessière

      Non il s’agit du Tremblay sur Mauldre dans les Yvelines. Merci de remodifier (c’est moi qui ai réalisé ça avec mes étudiants 😉 )

      Répondre
  2. savouret

    malheureusement aussi louables et nécessaires soient ces bonnes intentions ,
    elles n’auront qu’un impact minime si l’on ne s ‘engage pas politiquement etdans des luttes sociales afin de transformer en profondeur nos modes de production et de distribution des richesses,ainsi queL’organisation de nos infrastrcutures , avec la décroissance pour horizon

    Sinon pour compléter les pistes identifiées par ces étudiants, j’ajouterai vivre sobrement, s ‘autolimiter(, donc diminuer “drastiquement notre consommation matérielle et plus globalement de biens ou services “marchands”.)

    Mutualiser au maximum ces biens et services (soit remettre en cause l’individualisation de nos modes de vie)

    Restreindre notre mobilité et pas uniquement substituer les transports collectifs à la voiture

    avoir un regard critique sur les nouvelles technologies bien plus polluantes que l’on ne l’imagine en général et donc réduire significativement leur usage

    Faire des choix de logement (limités par la primauté du marché j’en conviens) limitant au maximum notre empreinte écologique (donc éviter la maison individuelle avec grand terrain, à fortiori lorsque celui ci n’est pas cultivé)

    Bref, admettre que dans nos sociétés occidentales nos modes de vie individuels et collectifs ne sont pas soutenables ni souhaitables, et qu’au dela d ‘un certain nombre de petits gestes, il s ‘agit de les redéfinir “radicalement” en assumant la néccessité de “decroitre” .Ceci nous permettrait de mieux vivre si l’on s ‘affranchit des conditionnements que nous avons subi depuis des décennies, (gros défi j’en conviens) ainsi que de mettre fin au pillage éhonté des richesses naturelles et “humaines” qui affecte tout particulièrement les pays “du sud”

    Répondre
  3. manulecoop

    Il manque un truc : faires de coopératives ! ainsi l’economie est democratisée, les richesses mieux partagées et les décisions attachées aux territoires et aux humains ! Pour favoriser l’economie sociale et solidaire par notre consommation il y a http://www.shopncoop.fr

    Répondre
  4. Fabrice Rzepiennik

    Entièrement d’accord, les petits changements sont bénéfiques mais certains peuvent apparaître comme candides et que dire des mesures comme “produire son électricité” euh…
    Diplomatie pacifique et coopération avec les autres pays, politique de désarmements, changement de constitution, régulation de l’économie de marché et de la fiance, lutte contre l’évasion fiscale, partage des richesses produites, changement des mode de production, nouveaux droits pour les salariés, sécurité sociale à 100 %, règle verte ne pas prendre à la terre plus qu’elle ne peut donner, transition énergétique, droit des femmes, droit de vote des immigrés, politique pour la citoyenneté, pour la culture, les arts… tout ça c’est POLITIQUE !!!
    Fraternellement,

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA *