Solidarités

Une école à ciel ouvert pour réfugiés



Reportage photo initialement publié sur le journal minimal.

Ils ont dû tout quitter, mais l’espoir peut encore se lire dans leurs yeux. « Ils », ce sont « ces réfugiés » – dont nous parlons au pluriel malgré leurs parcours singuliers – qui, sur le bitume de Paris, ont pu suivre un cours de Français donné par un bénévole de l’association BAAM. Le photographe-militant Eric Coquelin a documenté ce beau moment de transmission.

1 2 3 4

Lettre ouverte du photographe Eric Coquelin au professeur bénévole :

Cher Monsieur,

Nous ne nous connaissons pas, et je ne sais même pas si nous nous recroiserons un jour. Même si j’ai une idée du lieu où vous retrouver, vous et vos amis bénévoles de l’association BAAM qui donnez des cours de français aux migrants, place de la bataille de Stalingrad à Paris…

J’ai visité, sans faire de bruit, votre école à ciel ouvert et me suis arrêté dans votre “classe”. Frissons …

Le temps d’un cours, d’une leçon, quelle que soit leur nationalité, alors que leur(s) vie(s) sont aujourd’hui en suspens, les “migrants” – puisque c’est ainsi qu’on les nomme – se laissent guider, ont confiance en votre énergie bienveillante. Les visages de vos élèves s’illuminent. Les yeux brillent d’apprendre, tout simplement.

Ce modeste témoignage pour vous remercier, vous encourager.

5 6 7 815nb_net

Texte Simon Beyrand  


Lire aussi : Accueillir un réfugié chez soi : joie et partages garantis !

Lire aussi : Reza tend l’objectif aux enfants réfugiés Syriens

Aller plus loin

contenu abonnés

En lien avec le sujet

Particulier - France - 1 abonnement - 1 an - 6 numéros - 2 hors séries

54,00 € Voir le produit

Une école à ciel ouvert pour réfugiés

Close

Rejoindre la conversation

LANGOHR le 21/12/2016 à 21:10

Magnifique! On peut voir dans tous ces yeux que ces personnes sont accueillies avec respect,amour!

LANGOHR le 21/12/2016 à 21:06

C'est magnifique! On peut voir dans leurs yeux qu'ils sont accueillis avec respect, avec amour! Bravo!!!

Louise le 14/11/2016 à 08:59

Non, les cours sont ouverts à tout le monde.
Il se trouve que les femmes et les enfants sont un peu plus rapidement relogés - ce sont donc les hommes qui restent dehors massivement, et se trouvent donc en masse dans les cours de rue.

Coquelin le 14/11/2016 à 01:45

Bonsoir,

Cette question revient souvent et j'ai longtemps hésité à y répondre. Non pas que je ne dispose pas d"éléments pour satisfaire votre juste curiosité, mais tout simplement parce que chaque élément de réponse mériterait un développement.
Car, ce n'est pas si simple, et je n'aime pas trop les raccourcis, avec les risques d'interprétations qui vont avec.

En espérant que vous me pardonnerez d'être assez "expéditif", par manque de temps ...

En réponse à votre question : l'association BAAM propose également des cours pour les femmes. A l'instant où j'y étais, 4 femmes y assistaient. Voilées, et je savais très bien qu'il n'était pas question de les photographier (respect).

Comprendre (faits objectifs) que la condition des femmes, dans les régions dont sont issus les "migrants", n'est pas ... Comment dire ... Une priorité (doux euphémisme). L'accès à l'éducation, par exemple ...

De plus, à Paris, de nombreuses femmes, avec leurs enfants, ont fait l'objet d'une prise en charge "rapide" (il reste à discuter la nature de la prise en charge).

Cordialement,

Eric Coquelin (le photographe)

VJ le 12/11/2016 à 22:32

C'est que dans cet accueil de Paris, ne sont accueillis que les hommes! D'où le public...

Anonyme le 11/11/2016 à 16:44

N'y a-t-il que des hommes qui peuvent participer ? Je ne vois aucune femme ni aucun enfant.